A propos de l’auteur

J’ai toujours eu du mal à me qualifier de photographe sans doute car la photographie a une place toute particulière dans ma famille. En effet, les appareils se transmettent depuis maintenant deux générations. J’ai toujours eu un appareil à portée de main. Enfant, je prenais en photo ma famille, mes amis, les paysages de vacances. Des photos souvenirs donc…

Avec le temps, l’expérience et la technique se sont améliorées et mes envies se sont développées. C’est ainsi que je suis passé par la photo sportive (roller urbain/street, surf et sports outdoors) pour différents sites internet et parfois quelques magazines. À cette époque, nous sommes à la fin des années 90, début 2000.< Certaines de ces disciplines, sont pour la plupart en phase de développement et nous formons une communauté de passionnés à travailler de façon bénévole.  >En parallèle j’ai commencé à photographier l’univers du surf, et tout ce que cela comporte, les sessions de surf entre amis, les paysages côtiers, les artisans qu’on appelle « shaper ». La vie à la plage qui est pour moi essentielle à mon bien-être.

Depuis 2013, je suis également photographe de concert et d’événements culturels. Nous formons un collectif de plusieurs photographes qui produisons des images pour le site BDXC.fr. Nous travaillons en équipe de façon bénévole, afin de fournir une conséquente banque d’images des événements qui ont lieu dans notre région. C’est ainsi que j’ai pu faire des photos pour des groupes tels que Barrence Whitfield, Bikini Machine, Candie Kane,  Bror Gunnar Janson, Ester Rada, Jo Satriani, Feu! Chatterton, Gramatik, Lisa and Lips, Metronomy, Miraculous Mule, Moriarty, Stop II, Sweat Like An Ape, The Oh Sees, le festival de Luxey Musicalarue, le festival Relâche, les portraits de conférence de presse du Reggae Sun Ska, l’Ocean Climax Festival, le festival Jalles House rock, pour ne citer qu’eux.

Ces clichés sont des aspects différents et passionnants de la photographie. Il y en a un autre. Celui de l’instant T, être là au bon endroit, au bon moment. C’est en ayant mon appareil en permanence avec moi que j’arrive à capturer ces moments. C’est ainsi que sont nées certaines séries photographiques. L’une s’appelle « J’étais tranquille, j’étais peinard ». Hommage au bistrot et zinc des chansons de Renaud, portraits et ambiances de rades, que j’ai fréquentés en tant que serveur/barman.

Cela donne une véritable série d’images en immersion.

L’autre se nomme « Les nuits bordelaises », un melting-pot de ce qui se fait à Bordeaux dans les milieux alternatifs, une fois la nuit tombée, des concerts dans des caves humides, des concerts en plein air ou en salle, salles de spectacles, cirques, des noctambules errant au gré de leurs pas alcoolisés.

Il y aussi « Rue brique à Brac », qui est un condensé de ce qui passe parfois dans notre environnement urbain. Toujours dans la rue, mais pour tout autre chose,  j’immortalise ce qui se passe dans lors des mouvements sociaux. Mes premiers clichés de manifestations date de 2006 avec le CPE, depuis il y eu a la reforme des retraites, les blocages des universités, les manifestations sous Sarkozy, les manifestations anti-IVG, pro-IVG, des congrès politiques, la venue d’Eric Zemmour, les manifestations contre la loi travail etc…

Et dans un tout autre domaine, c’est toujours avec mon appareil sur moi que je prends en photos des paysages lorsque je suis en voiture, en balade, ou encore en voyage.

About light and men, c’est donc tout ceci : un mélange de photos, où l’être humain tient une grande place, ainsi que la mise en valeur de notre environnement souvent par la lumière… 

De la lumière et des hommes donc.

Bienvenue

Kami

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *