JUIN 2014 « J’étais tranquille j’étais peinard »

Juin 2014

Exposition au salon de coiffure « Les coiffeurs de la Victoire » :

 

Il y a bientôt 18 ans, je débarquais à bordeaux avec pour seul bagage, une valise, un sac à dos, et une planche à glisser dans les vagues.
Moi, petit exilé de la banlieue parisienne, me voilà au cœur d’une grande ville.
Il a fallu apprendre à connaître ses rues, ses habitants, et bien sur ses commerçants.
Loran David et de ceux là, je crois que je peux le dire, malgré mon jeune age je suis un de ces vieux clients, maintenant.
Quand Loran, m’a proposé d’exposer, c’est évidement avec plaisir que j’ai accepté.
D’autant que c’est une série qui me tient à cœur, car elle représente une partie de ma vie professionnelle du temps ou j’étais serveur/barman.
Une partie de ma vie assez éprouvante mais riche en rencontre.

J’ai donc le plaisir de vous présentez au salon de coiffure,  » Les Coiffeurs de la Victoire », l’exposition « J’étais tranquille, j’étais peinard »

C’est jeudi 18 Juin à partir de 19h
Kami


Présentation de l’exposition :

« J’étais tranquille, j’étais peinard »

Le nom de cette série, m’est venu naturellement ayant grandi avec des gens fans de Renaud dans mon entourage. J’ai des souvenirs qui resurgissent, des souvenirs d’enfance ou un ami de la famille que j’ai toujours appelé « Tonton Maurice » m’emmenait parfois à ce qu’on appelait « les Boules ». Petit nom donné au club de pétanque des cheminots d’Atis-Mons, petite ville de banlieue situé dans le bassin d’Orly le long de la voie ferré.

Il y avait cette odeur d’anisé et de cigarette, des hommes déjà d’une certain age, vestige d’une autre époque. Nous sommes au milieu des années 80, moustache et barbe était de rigueur, à l’époque on ne parlait pas de Hipster.

Je ne pensais pas retrouver cette univers là un jour, car à vrai dire rien ne m’y destinait pas vraiment.

J’ai vite quitté la région parisienne pour d’autre horizons, précisément, le sud ouest et ces plages océaniques. Après divers emplois, j’ai été à mon artisan/commerçant pendant un peu plus de 10 ans.

La liquidation précipité de mon entreprise, m’a obligé à vite trouver un emploi, et c’est ainsi que ma vie professionnelle à pris un nouveau un tournant.. Et que j’ai exercé le métier de serveur/barman. La vie dans les bistrots est quelque chose de très éprouvant, fatiguant, éreintant les adjectifs ne manque pas mais c’est aussi très riche en rencontres.

Les histoires de comptoirs ne manquent pas, les anecdotes de clients également mais les histoires tristes aussi.

C’est le quotidien du serveur, au delà, du service il n’est pas rare que les serveurs soit des oreilles attentives pour ceux qui viennent parfois chercher un peu de vie dans ces lieux de rencontres que sont les bistrots et autres brasserie. A coup sur les psys les moins chers sont ceux que l’on trouve derrière un bar, un torchon sur l’épaule.

Cette exposition regroupe des photos que j’ai pu faire dans les différents bars ou j’ai officié, même si tous n’y sont pas représentés.

Ce sont des portraits pris le sur le vif, de personnes que j’ai connues et pour certaines que je côtoies encore.

J’étais tranquille, j’étais peinard, est donc une série qui me tient vraiment à cœur, pour plusieurs raisons c’est une partie de ma vie que je ne pourrais jamais oublier, tant elle a été marquante, professionnellement mais aussi et surtout pour toutes les personnes différentes que j’ai pu rencontrer.

Je remercie Loran David qui me permet de présenter dans son salon, cette exposition

Kami «